indicateurs de février 2014

En France et en Europe en général, le mois de février n’a pas été marqué par des offensives hivernales, sur le plan des températures, particulières.

Côté précipitations et tempêtes, par contre, toute la façade ouest a été particulièrement servie.

On notera que cet hiver 2013-2014, en France, a été un des plus doux jamais enregistrés (voir à ce sujet le bilan provisoire de Météo-France)

Sur le plan global, par contre, selon la réanalyse NCEP, ce mois de février aura été un peu frais, à la 15ème place des mois les plus chauds depuis 1948.

La valeur relativement faible de l’anomalie de la basse troposphère corrobore cette baisse de la température de surface.

Les indicateurs ENSO et activité solaire n’étant pas particulièrement bas, il faut chercher ailleurs les raisons de cette « contre-performance ».

Par contre, si on croît les prévisions du Bureau australien de météorologie on pourrait bien assister à un changement radical de la situation, à la suite d’un basculement de l’ENSO vers un épisode Niño au cours de l’été.

On restera prudent évidemment face à ce genre de prévision.

anomalie de température de surface  selon NCEP

0214 ncep

estimation basée sur les données ci-dessus:

global : 0.06°C (15ème plus chaud)

HN:      0.05°C

HS:      0.06°C

 

NASA-GISS

0214 nasa

 

global: 0.45°C (18ème plus chaud)

HN:     0.58°C

HS:      0.31°C

Les résultats NASA confirment ceux de NCEP, à savoir un refroidissement significatif par rapport au mois dernier, ainsi qu’un mois de février globalement frais dans le contexte.

 

mesures satellitaires

0214 rss

Anomalie globale de la basse troposphère selon RSS à 0.16°C, en baisse de 0.1°C par rapport au mois dernier.

La stagnation de la température de la basse troposphère continue donc, sous réserve des incertitudes propres au calcul de cette température.

Depuis près de 35 ans la tendance linéaire s’élève à 0.125°C/décennie, alors que depuis 20 ans cette tendance, à 0.029°C/décennie, n’est pas significative.

Si les choses perduraient, l’élévation en 2100 serait de 0.25°C seulement, par rapport à maintenant.

Evidemment, c’est une hypothèse qu’on ne peut raisonnablement tenir mais qui fixe les idées concernant la lenteur actuelle du réchauffement.

évolution des banquises

pas très bonne forme de la banquise arctique.

0214 arct

Quant à la banquise antarctique, le minimum atteint lors de février a été bien au-dessus de la normale de 1981-2010, à la même valeur que l’an dernier.

0214 antarct

ENSO

selon  le site australien de météorologie, on est toujours en phase neutre.

0214 nino34

Cependant, de forts vents d’ouest se sont levés dernièrement, corroborant les résultats des modèles (POAMA) prévoyant un Niño pour cet été (boréal).

0214 poama

On connaît la mauvaise fiabilité de ces modèles et on attendra donc, mais si c’était confirmé, on pourrait assister à une hausse significative de la température globale à partir du mois d’août.

activité solaire

0214 sn

Alors qu’on pensait se précipiter vers le minimum d’activité, cette dernière a connu un sursaut spectaculaire au cours de ce mois de février 2014.

Le nombre de taches moyen du mois a dépassé les 100, ce qui constitue le mois à plus forte activité de tout le cycle 24.

Le graphe ci-dessus montre que nous approchons des 3 ans de retard du maximum par rapport au cycle précédent.

Cet article a été publié dans indicateurs climatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s