indicateurs climatiques de novembre 2016

Avec un peu de retard voici l’estimation d’anomalie de température globale pour novembre 2016 selon NCEP.

 

1116-ncep

La température sur le globe a été plus élevée que la moyenne 1981-2010 de 0.65°C.

Cette valeur est tout à fait dans la fourchette de la prévision que je vous donnais ici pour le mois de novembre: 0.63+-0.20°C.

Aucune variation d’importance depuis plusieurs mois maintenant  principalement du à la platitude de l’ENSO, toujours neutre, sans Niña à l’horizon.

La région arctique tire, avec 4.5°C d’anomalie, le global vers le haut.

Cette région a décidément du mal à se débarrasser du surplus de chaleur survenu vraisemblablement (mais non prouvé) à la suite de la bouffée chaude débutée en 2014.

Evidemment la banquise arctique subit cette « vague de chaleur » en établissant un record d’extension basse pour un mois de novembre.

Sur la carte ci dessus on peut remarquer que le blob du Pacifique nord-est a été remplacé par une anomalie froide, alors que le blob froid de l’Atlantique nord l’a été par une anomalie chaude.

Peut-être tout ceci n’est que transitoire.

On peut noter également la forte anomalie négative sibérienne.

 

Publié dans indicateurs climatiques | Laisser un commentaire

indicateurs climatiques d’octobre 2016

Enfin une petite baisse de l’anomalie globale de température.

En effet, au 28 de ce mois, l’anomalie atteint 0.62°C (çà ne devrait plus bouger beaucoup), alors qu’on était à 0.68°C en septembre.

(anomalie définitive : 0.62°C)

Et ce n’est même plus un record puisqu’en 2015 octobre était à 0.77°C.

Certes tout cela n’empêchera pas 2016 d’exploser le compteur mais c’est une petite satisfaction.

Il faut se contenter de peu en ces temps de réchauffement.

Autre petite satisfaction l’anomalie suit toujours la prévision CE (0.64+-0.20°C).

Il est à noter une fois de plus, le grand poids des régions polaires qui avec 3.4°C et 3°C du nord au sud, tirent l’anomalie vers le haut.

Sans elles, elle serait de 0.32°C.

1016-ncep

Publié dans indicateurs climatiques | 5 commentaires

eau précipitable comme traceur du réchauffement climatique?

 

L’eau précipitable (EP) est toute la vapeur d’eau contenue dans la colonne d’air susceptible de précipiter.

Elle est liée à l’humidité spécifique.

On peut donc dire que de façon approchée, à humidité relative et gradient vertical constants, l’EP est liée à la température de surface.

Et donc une méthode qui permet de déterminer la tendance de l’évolution de l’EP devrait permettre, d’estimer une tendance de l’évolution de la température globale.

 

Selon cette étude récente, 3 moyens de mesure de l’EP ont été utilisés entre 1979 et 2014.

Il s’agit de NCEP, des radiosondages, et de ECMWF.

Si NCEP et les radiosondages donnent une valeur proche de 0.6%/décennie, ECMWF, par contre, est très faible avec seulement 0.17%/décennie.

Si on considère la moyenne de ces 3 valeurs (comment en exclure une a priori), on obtient un trend positif de 0.45+-0.35%/décennie.

Il est à noter que les valeurs de l’étude sont bien inférieures à ce qu’on peut trouver dans l’AR4 (2007) soit 1.2%/décennie pour l’EP au dessus de l’océan.

 

En prenant le coefficient de 6.74% par °C, le trend en EP correspond à un trend de température de surface de 0.067+-0.052°C/décennie.

 

Cette valeur est à comparer au trend de la NOAA par exemple qui donne 0.148°C/décennie de 1979 à 2014.

On est loin du compte.

En considérant le maxi de la fourchette, on commence à titiller le 0.122°C/décennie de la basse troposphère (valeur RSS).

 

Si on considère la seule valeur résultant de mesures réelles, les radiosondages (ballons sondes), soit 0.57+-0.28%/décennie, on aboutit à un trend de température de 0.085+-0.041°C/décennie.

Soit, si on considère la médiane, une valeur bien inférieure aux trends de température de surface donnés par les différents organismes officiels chargés de nous renseigner sur l’évolution climatique.

 

Qu’en conclure?

 

Eh bien disons que cela ne conforte guère les révisions à la hausse effectuées par tous ces organismes concernant l’évolution de la température de surface, ni même les tendances elles-mêmes.

Cela conforterait par contre, d’avantage, les trends des température de la troposphère, tant celui de RSS que celui d’UAH.

S’il y a un découplage entre les trends d’eau précipitable et de température, il va falloir expliquer pourquoi.

Mais 0.085°C/décennie au lieu de 0.148°C/décennie, il va falloir aussi expliquer pourquoi…

Publié dans indicateurs climatiques | 2 commentaires

emballement?

Dans l’article précédent je dénonçais l’alarmisme outrageant de pure propagande qui commençait à déferler en préambule à la future COP22.

Bon pour la COP21 on avait déjà eu droit aux rectifications et autres « carlisations » des bases de données.

Ici, on passe un échelon supplémentaire.

Pourtant, les bases de données, même rectifiées par Carl, ne montrent pas d’emballement de la température.

Par exemple la base NASA-GISS (qui a repris sans moufter les données de SST « carlisées »)

Cette base permet de calculer les tendances à partir du 1er janvier 1976 jusqu’au 31 décembre 2013, soit avant les évènements chauds sus-cités, puis jusqu’au 31 août 2016, soit incluant ces mêmes évènements:

 

nasa1 nasa2

On voit tout de suite l’influence des évènements puisque la tendance augmente de 7%.

Et on voit également qu’on ne peut évidemment pas parler d’emballement de la température, d’emballement médiatique à la rigueur.

Pour l’anecdote, la moyenne des modèles CMIP5 (les derniers avant les prochains CMIP6 donc), donnent une tendance de 1976 à 2013, de 0.219°C/décennie, et, de 1976 à 2016, de 0.226°C/décennie.

Pour l’anecdote aussi, on notera que la tendance donnée par UAH donne 0.12°C/décennie de 1979 à 2016, et, du pic de 1998 au pic de 2016, un faramineux 0.025°C/décennie.

Sacré emballement!

Mais bon UAH est « inconvenient » car dirigée par un affreux sceptique.

Il va donc falloir faire un effort de « rectification » pour faire correspondre la réalité à ces modèles…

Allez, dépêchons un peu!

Bon il paraît que le successeur de Carl, à la NOAA, est encore meilleur dans cet exercice.

Il y a donc de l’espoir…

 

J’ajoute que si on fait des prévisions en utilisant la tendance actuelle soit environ 0.17°C/décennie, on serait en 2030 à 1.15°C par rapport au préindustriel (contre 1.5°C prophétisé dans l’article ci dessous) et à 1.5°C en 2050 (contre 2°C).

C’est déjà pas mal, pas la peine d’en rajouter.

Je rappelle aussi que je ne minore certainement pas les conséquences d’un tel réchauffement même à 1.5°C.

Et, plutôt que de bavasser sur des réductions d’émissions de GES très improbables et de toute façon insuffisantes, on ferait mieux de se pencher sur les solutions de géo ingénierie, seules capables de contrer efficacement le RC.

Mais là attention, tabou absolu!

Diable çà pourrait marcher, vous vous rendez compte?

Et puis çà ne va pas dans le sens de la boboécoloitude ambiante.

Celle qui ne s’occupe pas des vrais problèmes, comme la souffrance animale (pour ne citer que cet exemple qui me tient à coeur), mais qui préfère disserter entre soi, sans même faire l’effort d’analyse des problèmes qui troublent notre société.

 

Publié dans données | 3 commentaires

Alarmisme

Un exemple criant d’alarmisme concernant l’évolution climatique actuelle est donné par cet article du Figaro

Le préambule vaut son pesant de cacahuètes:

« À la veille de la nouvelle conférence sur le climat (COP 22) qui se tiendra du 7 au 18 novembre à Marrakech au Maroc, six climatologues s’inquiètent de la dérive que connaît la hausse des températures dans une tribune cosignée et publiée par l’ONG Universal Ecological Fund (FEU-US). Un texte de sept pages baptisé «la vérité sur le changement climatique». La hausse des températures sur la Terre s’accélère et «il est nécessaire de doubler, voire tripler les efforts» pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, alertent-ils. »

Donc d’obscurs climatologues nous sortent la « vérité sur le changement climatique ».

Fort bien.

Le document donné en lien est absolument « génial » en apportant des preuves « irréfutables » de « l’accélération du réchauffement ».

on vous assène par exemple que les évènements violents dépassent de très loin ce qui était prévu en vous donnant en lien le résumé pour décideurs de l’AR5 WG2.

Je n’ai rien vu de tel dans ce document.

Mais le pire est ce qu’ils osent dire sur la température en arguant du fait qu’il y a emballement parce que 2015 est à 1°C au dessus de la normale préindustrielle, en oubliant le fait que 2015 a été le siège d’un très fort épisode Niño.

Avant 2015, vous comprenez, on était à 0.85°C, donc, raisonnement de clampin moyen, 0.15°C en 3 ans c’est 0.5°C par décennie ou 5°C par siècle.

C’est sûr qu’avec de tels raisonnements, çà s’emballe.

Et de continuer en prophétisant 1.5°C en 2030, soit 15 ans après 2015, ce qui ferait une augmentation décennale de 0.33°C/décennie, et de 2°C en 2050, soit en 35 ans soit 0.29°C/décennie.

Rappelons qu’à la suite du Niño de 2014-2015-2016, on en est à 0.18°C/décennie.

C’est pratiquement un doublement qu’ils nous promettent, sans donner aucune preuve de ce qu’ils avancent.

Bref tout cela est nul, et ne fait pas avancer notre connaissance du climat d’un iota.

 

J’ajoute que tout ceci est du même tabac que la récente étude d’une dénommée C.W. Snyder, qui, en utilisant un nombre très réduit de proxies aboutit à la conclusion que la sensibilité climatique est de 9°C (de 7°C à 13°C) pour un doublement du CO2.

Je cite l’abstract:

 

« Reconstructions of the Earth’s past climate strongly influence our understanding of the dynamics and sensitivity of the climate system. Yet global temperature has been reconstructed for only a few isolated windows of time, and continuous reconstructions across glacial cycles remain elusive. Here I present a spatially weighted proxy reconstruction of global temperature over the past 2 million years estimated from a multi-proxy database of over 20,000 sea surface temperature point reconstructions. Global temperature gradually cooled until roughly 1.2 million years ago and cooling then stalled until the present. The cooling trend probably stalled before the beginning of the mid-Pleistocene transition (MPT), and pre-dated the increase in the maximum size of ice sheets around 900,000 years ago. Thus, global cooling may have been a pre-condition for, but probably is not the sole causal mechanism of, the shift to quasi-100,000-year glacial cycles at the MPT. Over the past 800,000 years, polar amplification has been stable over time, and global temperature and atmospheric greenhouse gas concentrations have been closely coupled across glacial cycles. A comparison of the new temperature reconstruction with radiative forcing from greenhouse gases estimates Earth system sensitivity of 9 degrees Celsius (7 to 13 degrees Celsius, 95% credible interval) change in GAST per doubling of atmospheric carbon dioxide over millennium timescales. This result suggests that stabilization at today’s greenhouse gas levels may already commit the Earth to an eventual total warming of 5 degrees Celsius (3 to 7 degrees Celsius, 95% credible interval) over millennium timescales as ice sheets, vegetation and atmospheric dust continue to respond to global warming. »

 

De plus, avec ce nous avons émis actuellement, nous serions destinés à avoir 5°C, certes dans très longtemps, même si on stabilisait.

Tout ceci est proprement ridicule ne serait-ce que par le fait que l’influence des inlandsis qui fondent, étant donnée leur latitude, est bien plus faible que les inlandsis des périodes glaciaires.

Eh oui, pourquoi serait-ce symétrique?

C’est d’ailleurs tellement ridicule que les membres du consensus se sont crus obligés de réagir, mais je dois dire très mollement et avec mansuétude…

Enfin bref, avant chaque COP, çà devient une habitude, les publications alarmistes de tous poils ainsi que les rectifications de bases de données dans le « bon sens », fleurissent.

C’est de la propagande, ni plus, ni moins.

 

Publié dans coups de gueule | 4 commentaires

indicateurs climatiques de septembre 2016

Anomalie globale de température: 0.68°C par rapport à 1981-2010

précédent record en 2015 : 0.57°C

La chaleur du Niño de 2014-15-16, n’a pas fini de nous concerner pour de longs mois encore, tant qu’une bonne Niña ne nous aura pas apporté un peu de fraîcheur océanique.

On est donc en phase avec la prévision que je donnais il y a peu: 0.66 + 0.20°C.

Côté ENSO justement, on ne s’oriente toujours pas vers la Niña, quoiqu’on puisse observer un léger frémissement dans ce sens.

On verra bien…

 

0916-ncep

Publié dans indicateurs climatiques | Laisser un commentaire

indicateurs climatiques d’août 2016

Bon, au 29 de ce mois la messe est dite.

Et août 2016 ne déroge pas à la règle, encore très chaud et constituant un record.

En effet, avec 0.61°C d’anomalie globale, il écrase le précédent record de 2015 de 0.12°C.

Pire encore l’anomalie ne cesse d’augmenter depuis juin où nous avions atteint un inespéré 0.51°C.

Cependant si vous avez bien lu l’article précédent   c’est tout à fait normal.

J’avais prévu 0.67+-0.20°C pour ce mois d’août et on sera vers 0.60°C.

La bouffée chaude du NIño de 2014-2015-2016 continue donc de faire sentir ses effets torrides sur le globe et il va falloir beaucoup de patience pour les voir s’estomper.

Surtout que, côté ENSO, les perspectives ne sont pas bonnes et j’ai bien peur qu’après une très légère fraîcheur océanique retrouvée dans le Pacifique équatorial, on se dirige vers un nouvel El Niño à partir de l’été 2017.

Espérons que non, car sinon, pauvre de nous….

 

0816 ncep

Publié dans indicateurs climatiques | Laisser un commentaire