Déséquilibre radiatif et 2017 année record pour la chaleur océanique

Le déséquilibre radiatif est un des paramètres-clés du réchauffement actuel.

Il représente le chauffage du système climatique soumis à un forçage extérieur, comme  l’activité solaire, les éruptions volcaniques, les injections de CO2, etc.

On pourrait le mesurer par satellite si les mesures étaient suffisamment précises.

Las, ce n’est pas le cas.

Il reste à mesurer le chauffage du système in situ et principalement dans l’océan.

Comme indiqué dans cet article, on a accès seulement avec une bonne précision, suite à l’utilisation des balises ARGO, aux premiers 1800m d’océan.

Le reste est estimé à l’aide de mesures partielles et de calculs.

L’article en question indique un chauffage de 0.61+-0.09 W/m2 pour le 0-1800m de 2005 à 2015.

C’est tout à fait conforme aux données NODC qui donnent 0.63W/m2 pour la même période.

Par extension, le déséquilibre total où s’ajoutent l’océan plus profond, les terres, la fonte des glaces, l’atmosphère, s’élève à 0.71 +-0.10 W/m2.

la moyenne des modèles indique pour cette période 1.02 W/m2.

La valeur haute des mesures est loin de cette mesure.

Ceci veut dire que si les données moyennes de forçages utilisées par les RCP sont valides nous sommes loin de la sensibilité de 3.2°C annoncée.

OUI mais sont-elles valides?

Selon l’AR5 du GIEC, le forçage anthropique varierait de 1.1 à 3.3 W/m2 en 2011.

Sans commentaires.

 

 

2017 année record pour la chaleur océanique.

Oui, et alors?

Certains, incorrigibles, pensent avoir trouvé dans ce record le Graal de l’emballement climatique.

Il n’en n’est rien, comme le montre cette courbe de l’OHC à partir des données NODC.

2017 est dans la continuité du réchauffement océanique depuis 2005.

La tendance linéaire depuis 2005 est même très légèrement inférieure à la tendance 2005-2015.

Pas d’emballement donc.

De plus l’incertitude sur l’OHC annuelle, d’après ceci, serait de 0.6 10^22 Joules (voir figure 5)

Il y a même recouvrement partiel entre 2015 (21.8 à 23.0 10^22 Joules) et 2017 (22.7à 24 10^22J)

Publicités
Cet article a été publié dans chaleur océanique, indicateurs climatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s