karlisation des données climatiques

 

Je m’étonnais récemment que les mesures de température de la troposphère par satellite échappaient encore à la frénésie de corrections diverses, allant toutes dans le sens d’un réchauffement accru du climat.
Dans ces corrections Thomas R. Karl (Director, NOAA’s National Centers for Environmental Information) a été particulièrement actif.
Après ses corrections miraculeuses (et très contestables), fini le hiatus, et même fini le ralentissement du réchauffement.
Evidemment les réchauffistes habituels, tels Gavin Schmidt, ont embrayé immédiatement, sans se poser de question, à tel point que les données de Karl ont été adoptées sur le champ dans la base de données de la NASA, sans moufter.
Diable comprenez, les corrections allaient dans le bon sens.
On ne comptait plus, jusqu’à Karl, les tentatives diverses pour expliquer pourquoi les observations ne correspondaient pas aux modèles.
Je n’ai pas fait le compte exact, car je ne passe pas mon temps à çà, mais on pouvait en compter certainement plus de 10.
Mais avec Karl on a franchi un pas supplémentaire dans la mise au pas de ces vilaines données récalcitrantes, d’où ce terme de karlisation, qui je pense, va finir par avoir un succès fou.

aa
Les données satellites, comme je l’ai dit plus haut, échappaient, on se demande pourquoi dans ce contexte, à cette mise au pas.
Eh bien depuis peu, c’est fini.
Carl Mears et Frank Wentz, responsables des données RSS, nous ont trouvé, avec leur version 4, un beau réchauffement de la moyenne troposphère alors que leur version précédente 3.3 était remarquablement plate.
Voir ce graphique, très révélateur, ci-dessous:

RSS 4 vs 3.3

Evidemment, tout le monde n’est pas d’accord avec cette nouvelle version et en particulier Spencer et Christy  qui sont responsables de l’autre base de données satellite: UAH.
Et leurs arguments me semblent convaincants ainsi qu’à Judith Curry.
aa
Enfin, eux, ils sont sceptiques, comprenez.
Alors il s’agit de la moyenne troposphère, mais soyons sûrs que la basse troposphère de RSS va bientôt rejoindre les autres mis au pas.

aa

Je ne suis en aucun cas sceptique, mais par contre, lorsque toutes les corrections, je dis bien toutes, vont toujours dans le même sens, c’est-à-dire dans le sens du réchauffement, je dis que c’est très très improbable statistiquement parlant que toutes les erreurs faites aient occasionné des biais froids.
Par exemple, si on a une chance sur deux de se tromper dans un sens, pour 10 corrections on a une chance sur 1024 de se tromper toujours dans ce sens.
Bien entendu tout cela ne renforce pas la crédibilité d’un discours alarmiste qui en rajoute, à chaque jour qui passe, une couche, histoire de convaincre les décideurs d’agir, enfin.

Ces alarmistes, dont certains se disent scientifiques, font partie des gens qui ne comprennent décidément pas que: trop c’est trop.

Il est tout de même malheureux qu’une chose aussi importante que l’évolution climatique soit supervisée par des gens aussi mal avisés et orientés.

Et il y a de quoi se poser des questions quand on constate la mainmise de gens comme Schmidt et Karl sur les deux organismes américains s’occupant des observations et des données du réchauffement climatique…

Cet article a été publié dans coups de gueule, données. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour karlisation des données climatiques

  1. Nous vivons une drôle d’époque, les religions (c’est à dire les croyances) sans exception redressent la tête et exigent une place, avec une « science » accommodée à leur sauce, pour expliquer le monde … la karlisation dont vous parler n’est qu’une triste illustration de ce genre de dérive. Des « scientifiques » en arrivent à bannir le fondement de la méthode scientifique, à savoir que toute hypothèse qui n’est pas confirmée par l’observation doit être rejetée. Hors, que voyons nous? … exactement l’inverse: les faits (les observations) sont tordus (« corrigés ») pour les faire coller à des modèles mathématiques supposés prendre en compte l’ensemble des facteurs en cause et dont la conception repose sur un grand nombre d’hypothèses supposées vérifiées… Avec une telle approche, le hiatus ne peut que résulter d’observations erronées qu’il est important de karliser (je veux dire de corriger ;-))

    • pierrechoffardet dit :

      « Des « scientifiques » en arrivent à bannir le fondement de la méthode scientifique, à savoir que toute hypothèse qui n’est pas confirmée par l’observation doit être rejetée. »
      Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation qui montre une vision étroite de la science. Les exemples, en science sont nombreux ou les observations n’ont pas confirmé les hypothèses, alors que les hypothèses étaient justes.
      Les observations sont soumises à différents biais : l’observation, l’interprétation, des interférences.
      Je dis cela d’une manière générale, sans aucun lien avec la science du climat
      Pierre

      • Pierre, je ne suis pas d’accord sur le qualificatif « vision étroite » que vous utilisez. La méthode scientifique telle que je la décrit n’est pas de moi : Feynman (Prix Nobel), Darwin … et bien d’autres l’ont énoncée avant moi. Le problème de la faisabilité de l’observation ou de sa fiabilité est effectivement un problème qui retarde la vérification d’une théorie. Ainsi l’hypothèse des atomistes de l’antiquité a dû attendre plus de 2000 ans pour être vérifiée. La détermination de l’âge de la terre est un autre exemple : alors que Darwin et les géologues exigeaient des milliard d’années pour expliquer leurs observations et leurs théories qui en découlaient, aucun calcul ou modèle mathématique ne permettait d’arriver à ce résultat avant la découverte de la radioactivité. Pour en revenir aux sciences du climat, je ne pense pas, comme l’auteur de ce blog, que ce soit en corrigeant les observations dans le sens qui collent avec les prédictions des modèles mathématiques que l’on avancera. Ce genre d’action s’apparente au « cherry picking » pratiqué dans toutes les impostures scientifiques.
        Jean-Pierre

  2. Une chance sur 1024 c’est pas beaucoup, mais je me demande si vous trouveriez une côte à 7,8 % si remarquablement plate que ça, en ski de fond par exemple. 0,27 degré en 35 ans, c’est déjà pas mal.
    C’est quoi la courbe verte marquée B, au dessus ?
    Et au fait, l’anomalie des données RSS se rapporte à quoi, au juste ?

    • meteor31 dit :

      la courbe verte est la différence entre les deux courbes du bas.
      les anomalies sont par rapport à la moyenne 1979-2008.
      ensuite je ne discute pas de la stabilité ou non des températures mais des corrections qui ont toujours lieu dans le même sens.
      pour moi c’est forcément suspect.
      je suis très surpris que certains ne trouvent pas la ficelle un peu grosse…

      • J’entends votre méfiance et les arguments sur lesquels vous la fondez. Je faisais simplement un peu de mauvais esprit sur votre qualification de remarquablement plate s’appliquant à V3.3.
        Merci beaucoup de vos précisions.

        • meteor31 dit :

          ah oui d’accord j’étais à la rue sur le coup, pardon.
          en fait j’avais en tête la période dite du hiatus, entre 1998 et 2013-14-15 qui, elle, était remarquablement plate.
          c’est le dernier rempart qui a sauté sous les assauts des « pause busters ».
          ainsi soit-il…

  3. Ping : pic à pic | climat-evolution

  4. Nicias dit :

    A l’inverse UAH a fait des corrections à la baisse dans sa dernière version. On peut noter que des 5 indicateurs les plus utilisés (RSS, UAH, GISS, NOAA et Hadcrut), avant les nouvelles versions, UAH était celui qui montait le plus pendant la pause et RSS avait le trend le plus plat. Maintenant c’est l’inverse. Pas de quoi me donner confiance, ni dans RSS, ni dans UAH.

    Heureusement qu’on a autre chose que des spéculations sur les biais de confirmation de chacun pour juger de tout ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s