Deux nouveaux modèles climatiques…

Anglais cette fois mais les conclusions sont les mêmes que celles des modèles français, à savoir une sensibilité climatique revue très fortement à la hausse.

Il s’agit du UKESM1 et du GFDL’s CM4.0.

Plutôt que de faire un résumé je vous invite à lire les « abstract ».

D’emblée on peut dire que cette génération de modèles est plus complexe que la précédente, le contraire eut été étonnant.

Mais il est bon de revenir sur ce passage du premier abstract:

« Overall the model performs well, with a stable pre‐industrial state, and good agreement with observations in the latter period of its historical simulations. However, global mean surface temperature exhibits stronger‐than‐observed cooling from 1950 to 1970, followed by rapid warming from 1980 to 2014.  »

Donc on dit d’abord qu’il y a un bon accord entre le modèle et les observations mais après, eh bien,  en fait non!

Ce graphique, issu de leur texte, est encore plus parlant:

Le bleu c’est le modèle, le noir les observations issues de HadCRUT4.

De 1975 à 2014 (d’ailleurs pourquoi s’arrêter en 2014?) on peut évaluer à 0.30°C par décennie la tendance du modèle.

Si on prend NASA-GISS par exemple, qui est plus global que HadCRUT4, la tendance est de 0.17°C/décennie.

On peut donc dire que le modèle voit un réchauffement presque deux fois plus fort que la réalité.

Tu parles d’un « matching »!

Bon, nos amis du MetOffice, qui ont créé ce chef d’oeuvre, indiquent une sensibilité climatique rien moins que 5.4 °C.

Si on ose une règle de trois au regard des tendances, la sensibilité serait plutôt de l’ordre de 3°C.

Je ne vais pas gloser d’avantage car il y a sans doute des choses très intéressantes en dehors de la conclusion finale.

Mais on pourra s’étonner que différents labos, chacun dans leur coin (mais est-ce vrai qu’ils sont chacun dans leur coin?) nous trouvent maintenant des sensibilités du climat qui dépassent, de loin, la valeur la plus haute de la fourchette indiquée dans l’AR5 (de 1.5 à 4.5°C).

Enfin ne soyons pas complotistes, c’est très mal vu.

Mais à ce rythme on peut penser que les CMIP7, les CMIP8, etc., vont nous trouver des sensibilités de 7, 10°C ou plus (?).

Mais dans ce cas, et si c’est vrai, eh bien, on est foutus!

Cet article a été publié dans modèles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Deux nouveaux modèles climatiques…

  1. gilbert piton dit :

    A lire le dernier article de Gavin sur Real Climate sur le même sujet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.