indicateurs climatiques d’août 2018

 

L’anomalie de température globale mensuelle s’établit, du 1er au 29 août 2018, à 0.37°C.

L’anomalie du mois devrait être comprise entre 0.36 et 0.37°C au dessus de la moyenne 1981-2010, ce qui placerait ce mois à la 5ème/6ème place des mois d’août les plus chauds selon cette base de données.

édit: résultat définitif: 0.367°C d’anomalie, 6ème position des plus chauds

Sans les régions polaires l’anomalie est de 0.29°C.

L’anomalie des 8 premiers mois est de 0.39°C (0.35°C selon mes propres estimations)

Si l’année s’arrêtait là, elle serait en 4ème position des années les plus chaudes.

Cependant, l’épisode Niño qui se profile pourrait changer la donne et faire gagner une place, de justesse, à 2018.

Océans

Selon OI.v2 SST, l’anomalie des SST atteint 0.11°C par rapport à la moyenne 1982-2010, en 13 ème position des plus chaudes.

La période janvier-août s’établit à 0.14°C en 7ème position des plus chaudes.

Pour la chaleur océanique nous avons les résultats du 2ème trimestre émanant de la NOAA.

Elle est en forte baisse par rapport au 1er trimestre de l’année:

 

Profitons en pour parler du niveau des océans.

On constate, depuis 3 ans, un ralentissement de la montée de ce niveau à 2mm/an au lieu de 3.3 mm/an depuis 1993.

Difficile d’en tirer une quelconque conclusion.

banquise arctique

On s’achemine doucement vers le minimum d’extension dont le record ne sera vraisemblablement pas battu:

petit apparté

Bien loin de l’hystérie médiatique concernant une mise en évidence, cette année particulièrement, du réchauffement climatique, sur un plan global les données nous prouvent que dans aucun domaine il n’y a preuve d’une quelconque accélération.

L’été en France, en Europe et dans d’autres régions, aura été particulièrement chaud mais cela est resté un phénomène régional plus lié à la variabilité qu’à une modification plus fondamentale du climat.

Du moins, rien ne prouve qu’il en soit autrement.

Que ce soient  dans les océans, sur les terres, l’atmosphère, la cryosphère, le réchauffement climatique se poursuit à son rythme habituel.

Cela reste un phénomène lent, à notre échelle, mais malheureusement inexorable et par là même très préoccupant.

L’auteur de ce blog rappelle l’urgence de la mise en oeuvre de solutions de géo ingénierie en parallèle avec la gestion des ressources énergétiques, évidemment.

Il pense notamment au déploiement de solutions techniquement et économiquement abordables en particulier la gestion de la radiation solaire.

Il considère comme incompréhensible, pour le moins, l’attitude qui consiste à ignorer ou à vilipender cette méthode seule capable de nous faire maintenir, ou, le cas échéant, retrouver rapidement, des niveaux de température supportables.

 

Publicités
Cet article a été publié dans indicateurs climatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour indicateurs climatiques d’août 2018

  1. olive dit :

    Considérons toutes les techniques de géo ingénierie, et en particulier celles qui permettent de favoriser les puits de CO2. Par exemple la dissolution du C02 dans les océans par la montée du Ph des océans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.